Le spiritualiste Vs le matérialiste ! Omraam Mikhaël Aïvanhov

12974371_10153627646972635_8894896693766774981_n

« Le spiritualiste possédera toujours un avantage sur le matérialiste, vous voulez savoir lequel ? C’est très simple et une image suffit pour comprendre : le spiritualiste transporte partout avec lui sa maison et toutes les richesses qu’elle contient. Oui, le spiritualiste, pour qui les véritables richesses sont intérieures, emporte partout et toujours ses trésors avec lui, jamais ils ne lui manquent et il y découvre une source intarissable de joie. Le matérialiste au contraire ne peut pas aller et venir avec tout ce qu’il possède, il doit en abandonner la plus grande partie sur place, et même s’il est très riche, combien de fois il lui arrive de se trouver très démuni !
En réalité, un être humain n’est riche que dans la mesure où il a conscience de l’être. Si le spiritualiste n’est pas vraiment conscient de ses richesses, il est plus pauvre que tous les matérialistes. Mais s’il apprend à élargir sa conscience, il se sent en relation avec tous les esprits lumineux de l’univers qui lui donnent leur science, leur amour, leur joie. Et alors, quel matérialiste peut se comparer à lui ? Même les pierres précieuses et les diamants pâlissent devant le scintillement de tous les trésors de son âme. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Un événement grandiose se produit chaque matin: le lever du soleil ! • Omraam Mikhaël Aïvanhov •

12524429_896260207151195_4248310571709602406_n

« Un événement grandiose se produit chaque matin: le lever du soleil. Même s’il vous est pénible de vous lever tôt, même si vous somnolez à moitié, cela vaut la peine d’y assister. Vous direz que si vous êtes somnolent, vous n’en retirerez rien. Détrompez-vous: malgré vous, en dehors de votre conscience, il se fait un travail dont les effets apparaîtront plus tard, et vous en serez vous-même étonné.

Lorsqu’une personne a vécu dans son enfance des scènes de violence, des événements tragiques, elle n’était pas encore en âge de comprendre ce qui se passait; mais, un jour, ces drames commencent à ressortir sous forme d’angoisses, de troubles du comportement très difficiles à guérir. Que l’on comprenne ou ne comprenne pas, tout s’enregistre et peut revenir plus tard à la surface.

C’est pourquoi, même si vous ne «comprenez» rien à ce phénomène cosmique qu’est un lever du soleil, mettez-vous dans de bonnes conditions et, nécessairement, votre esprit, votre âme, votre corps recevront quelques éléments, qui se manifesteront plus tard en vous comme harmonie, paix

et lumière. »

• Omraam Mikhaël Aïvanhov •

« Pensées Quotidiennes 2016 », 02 avril- Éditions Prosveta

Le plus grand pédagogue c’est le soleil ! Omraam Mikhaël Aïvanhov

10257694_10208822991002646_6470511912119704713_n

« C’est pourquoi je vous dirai que pour moi, le plus grand pédagogue c’est le soleil. Oui, et c’est lui mon Maître. Il m’a dit « crois moi, tous ces soi-disant pédagogues ne connaissent rien de la véritable pédagogie. Ils ne savent pas que pour chauffer les autres, il faut être chaud, que pour éclairer les autres, il faut être lumineux, que pour vivifier les autres, il faut être vivant. Les éducateurs veulent imposer aux jeunes générations des qualités morales qu’ils ne possèdent pas eux-mêmes et dont ils ne peuvent leur donner l’exemple. Comment veux tu que les jeunes ne se révoltent pas ? C’est normal qu’ils n’obéissent plus. Donnez l’exemple, toute la puissance magique de la pédagogie est là. Si les pédagogues pensaient à introduire consciemment des éléments spirituels dans le cœur et dans l’âme des enfants, comme ces éléments continuent ensuite à agir, toute la vie ces enfants se souviendraient. Dans quelle université révèle t’on aux futurs pédagogues la puissance de l’Amour, de la Patience et de la Foi…que c’est l’Amour, la Patience et la Foi qui transforme, qui éduque, qui améliore ?

C’est au-dedans, c’est dans le cœur, dans l’âme, dans l’esprit qu’il faut posséder un élément pédagogique, et cet élément qui vibre, qui émane, influence les autres. D’ailleurs, ce n’est pas en étalant des connaissances qu’on peut agir sur les humains. Les connaissances sont, bien sûr, des moyens puissants ; on peut faire comprendre beaucoup de choses aux gens avec de bons arguments mais cela ne suffit pas. Seuls l’amour, la conviction, la foi sont des puissances qui stimulent, qui inspirent. Ce sont des forces vivantes. Apprenez donc à rechercher une nourriture spirituelle vivante, fraîche et absorbez-la comme vous absorbez les rayons du soleil le matin. Vous avez besoin d’une nourriture pure qui vient de la source, qui est comme la vie elle-même ; une nourriture simple, puissante, qui éclaire, qui abreuve, qui ressuscite. » –

Omraam Mikhaël Aïvanhov

PENSEE DU 19 FEVRIER – Omraam Mikhaël Aïvanhov !

images (62)

« Le merveilleux est un besoin de l’âme humaine, et ce que l’on appelle l’irréel est en vérité tout à fait réel, plus réel que ce qu’on a l’habitude de considérer comme réalité. Combien de personnes, si elles sont sincères, doivent reconnaitre que les contes de fées les plongent, pour un moment au moins, dans une sorte de ravissement! Pourquoi ? Parce que tout y est non seulement vivant, mais animé et doué de paroles : les rochers, les fleurs, les arbres, les animaux …
Et les forces de la nature y agissent souvent avec sagesse, et même parfois avec amour. Mais surtout, au delà de leur naïveté apparente, ces contes décrivent des réalités de notre vie intérieure.
Lorsque, dans certaines circonstances très particulières, le subtil, l’irréel, le féérique fait irruption dans notre vie, nous nous sentons comme un arbre qui, arraché jadis à sa terre pour y être transplanté dans un milieu hostile, retrouverait soudain sa forêt natale où il peut à nouveau s’enraciner et revivre. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Pensée du jour vendredi 12 février 2016 ! Omraam Mikhaël Aïvanhov

12745713_1261436140539614_7031404762596558032_n

« Le soir, au moment de vous endormir, abandonnez-vous entre les mains du Seigneur et dites : « Mon Dieu, je suis ton serviteur, je veux faire ta volonté. Dispose de moi. » Et le lendemain vérifiez si, dans vos pensées, vos sentiments et vos actes, c’est bien la volonté de Dieu et non celle de votre nature inférieure que vous êtes en train de faire. Car il ne suffit pas de vous mettre au service de Dieu le soir en paroles, et, le lendemain, de vous laisser aller à tous vos caprices.
Nous sommes venus sur la terre pour participer au travail de la création. Jésus disait : « Mon Père travaille et moi aussi je travaille. » Ce travail avec Dieu, pour Dieu, est le dernier mot de l’Initiation. Tout ce que nous donnons à Dieu, nous le haussons au niveau où Il se trouve Lui-même. Alors, Dieu répète notre geste, Il le réfléchit comme un miroir réfléchit un rayon de lumière : nous Lui avons tout donné, Il nous donne tout. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov