Prise de conscience pour l’homme de demain !

11036952_937880516272439_8519093632520217788_n

Savoir bien respirer est vital, et si l’homme de cette fin de siècle l’a oublié, c’est essentiellement à cause du rythme de vie qu’il s’est imposé. Cette course folle contre la montre que les dirigeants prônent, à l’aide de cette “carotte” de la réussite et du bien-être (!) a fait des ravages sur le plan de la santé durant ces dernières décennies. L’homme moderne ne sait plus respirer.
Pas plus qu’il ne sait se nourrir, d’ailleurs !
Il ne mange plus, il avale, il engloutit, il se gave…
Qui sait encore apprécier de peler tranquillement une pomme ou une orange? Qui prend le temps de cuisiner un bon plat, avec les légumes frais achetés au marché du coin ? Qui pétrit amoureusement son propre pain et le fait cuire dans un four à bois, à part le boulanger? Et encore, le plus souvent, celui-ci utilise un four électrique. Pour quelle raison? Parce que l’électricité coûte moins CHER (grâce à nos CHERes centrales nucléaires) et le bois de plus en plus CHER grâce à la surenCHERE de la publicité, si friande en pâte à papier. Un monde de dingues…

L’homme moderne ne se nourrit plus. Il consomme. Lorsqu’il va faire ses courses, il est attiré par les grands centres de distribution qui proposent des prix attrayants, mais se laisse séduire par tout ce qu’on lui propose. Résultat: dans son caddy, plus de la moitié des produits n’a rien à voir avec de la nourriture, et l’autre moitié est passée par une centaine de mains qui l’ont manipulée, emballée, véhiculée, pressée, chargée de stress et de vibrations plus ou moins négatives. Et lorsque cette nourriture arrive dans l’assiette, que voulez-vous qu’elle restitue ?
Une nourriture saine doit combler à la fois le toucher, l’odorat, la vue, et faire naître des sensations au niveau des papilles gustatives. Elle doit aussi nourrir notre esprit: qui pense à remercier la Terre pour tous ces cadeaux qu’elle nous octroie? Pensez-vous que c’est normal, que c’est son boulot ? Ou bien pensez-vous que ce sont tout simplement des lois physiques et chimiques qui permettent de faire pousser des légumes dans le jardin ?
Et non, c’est tout simplement l’Amour…
C’est parce que la Terre aime l’humanité qu’elle produit tout cela. Et c’est aussi un don du Ciel si l’homme en bénéficie.

Vous saviez tout cela ? Et qui donc vous l’a appris ?
Vous voyez que la mémoire atavique est très bien faite. La psyché de l’homme se souvient toujours de l’essentiel, s’il le veut bien. Seulement, de temps en temps, il lui faut faire un effort pour cela. Cette prise de conscience sera de plus en plus nécessaire à l’homme de demain, s’il veut continuer à vivre sur cette magnifique planète.

Extrait du livre « Le bonheur est à l’intérieur » :
http://editionsjupitair.com/bonheur-interieur/

La Terre – par la nutrition nous contribuons à la transformer !

ground-to-earth-energy-hand

La Terre – par la nutrition nous contribuons à la transformer
« L’homme mange, toutes les créatures mangent, mais pourquoi ? Vous direz que c’est pour recevoir des énergies. Oui, mais comme nos activités n’ont pas un seul but, si nous mangeons, ce n’est pas seulement pour nous maintenir en santé…
Que font les vers ? Ils avalent la terre puis la rejettent. En la faisant ainsi passer à travers eux, ils l’aèrent et la rendent plus riche, plus fertile. Eh bien, l’être humain ne fait pas autre chose avec la nourriture. Car c’est de la terre qu’il mange, une terre plus élaborée sous forme de légumes et de fruits, mais c’est de la terre. Cette terre, il l’absorbe, il la digère, puis la rejette… À nouveau il l’absorbe, la digère, la rejette… Mais il ne s’agit pas là seulement d’un processus mécanique. En pénétrant en lui, cette matière lui donne les éléments qu’elle possède, et elle reçoit en retour quelque chose de lui, de ses sentiments, de ses pensées, de ses aspirations. Par ses facultés psychiques, spirituelles, l’être humain appartient à un degré d’évolution bien supérieur à celui de la matière qu’il absorbe ; donc, en la faisant passer à travers lui, il la transforme, l’enrichit, la spiritualise. »
– Omraam Mikhaël Aïvanhov