LA SOUFFRANCE PHYSIQUE: TERRAIN PROPICE AU DÉVELOPPEMENT DE LA SOUFFRANCE PSYCHOLOGIQUE…….

Image

LA SOUFFRANCE PHYSIQUE: TERRAIN PROPICE AU DÉVELOPPEMENT DE LA SOUFFRANCE PSYCHOLOGIQUE

Lorsqu’on regarde un enfant vivre, on peut bien voir que lorsqu’il a mal physiquement, il laisse aller ses pleurs spontanément. De même que lorsqu’il est fatigué, il se donne le droit de chialer et de verser des larmes. Pour nous, adulte, quoi de plus difficile que de se donner le droit de pleurer lorsque nous souffrons. «Il faut dont être raisonnable maintenant que nous sommes adultes». C’est ce que la plupart d’entre nous avons appris dès notre plus jeune âge.

La souffrance physique engendre, le plus souvent, de la souffrance psychologique. Chose que la plupart des gens ont tendance à nier, à banaliser, à rationaliser, à refouler, etc. Oui, il y a le mal physique qui, lorsqu’il est intense, a besoin d’espace mais il y a aussi la souffrance psychologique engendrée par la souffrance physique qui a besoin d’espace. Une personne qui vit un cancer, par exemple, va être confrontée à la peine, la colère, la culpabilité, l’impuissance, l’insécurité, de multiples peurs, le découragement, etc. qui peuvent faire surface à tout moment durant le processus de la traversée de cette maladie. Une autre personne qui doit continuellement vivre avec des douleurs chroniques va également devoir composer avec les émotions que cela va éveiller en elle. Il est malheureux de constater combien la plupart des gens jugent le fait d’avoir mal physiquement et la souffrance psychologique qui en découle. Beaucoup voient cela comme faible et se privent de répondre à leurs besoins d’être écoutés et accueillis dans cette souffrance qui est tout autant réelle qu’une souffrance de deuil.

Pour arriver à l’acceptation du mal qui est présent dans notre vie et à trouver la paix et les solutions les plus adaptées à notre condition, il est primordial d’apprendre à sortir de l’isolement pour être écouté et accueilli avec compassion, par une personne qui est en mesure de le faire. Le premier pas à franchir, c’est d’accepter de dépasser certaines émotions comme la honte, la peur d’avoir l’air victime, la peur d’avoir l’air faible, la peur de passer pour un(e) plaignard(e) ou toutes autres formes de peurs qui souvent tirent leur origine de différentes croyances que nous avons appris dès notre plus jeune âge.

Pour ceux et celles qui doivent composer avec la maladie ou la souffrance physique et psychologique qui en découlent, je vous encourage à trouver une personne qui est en mesure de vous entendre dans ce que vous vivez de souffrant. Si vous n’avez pas cette personne dans votre entourage, n’hésitez pas à consulter un professionnel. Je termine en disant à tous ceux et celles qui vivent cette réalité de la maladie ou qui ont à composer avec des douleurs chroniques, combien je peux compatir avec vous. N’oubliez jamais que nous sommes les premiers responsables de notre santé physique et psychologique, et la base, c’est d’abord d’apprendre à accueillir le vécu qui est présent dans son ici et maintenant. Par la suite, viendront les solutions les plus adéquates pour soi.

CONFÉRENCE-ATELIER
Guérir grâce à l’expression des émotions

Une réflexion sur “ LA SOUFFRANCE PHYSIQUE: TERRAIN PROPICE AU DÉVELOPPEMENT DE LA SOUFFRANCE PSYCHOLOGIQUE……. ”

  • 12/03/2014 à 18 h 40 min
    Permalink

    Bonjour,
    pour moi, c’est l’inverse 🙂
    le décodage biologique nous montre que lorsque la souffrance psychologique est trop forte et que le cerveau ne peut pas gérer, il envoie l’information dans le corps, ce qui donne des douleurs physiques, des maladies…
    de tout coeur,
    Aurore

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *