L’Aubergine……

aubergine_texte

L’Aubergine

Après la courgette, qui donne à plein notamment dans mon jardin en ce moment, voyons un peu l’aubergine qui fait entre autre elle aussi partie du panier nécessaire à la réalisation de la ratatouille. C’est aussi un légume fruit de très faible calorie.
Un peu de botanique

L’aubergine ou solanum melongena fait partie de la famille des solanacées. C’est une plante potagère annuelle que l’on cultive pour son fruit que l’on consomme comme légume. Les cultures sont situés dans les pays tempérés car elle est très frileuse et craint le gel. C’est une plante à port dressé qui peut atteindre 50 cm à 1,20 m de haut. Les fleurs de l’aubergine sont de couleurs blanches où violettes et s’épanouissent à la naissance des feuilles. La récolte intervient environ 5 mois après les semis si toutes les conditions sont requises.

Le terme courgette est apparu dans la langue française en 1750 et vient du catalan albergina, emprunté lui-même à l’arabe al-bâdinjân qui lui, s’est inspiré du persan bâdengân.
L’aubergine
et notre santé : ses vertus
L’aubergine comme la courgette est très peu calorique, composée d’eau à 92% elle apporte en effet environ 18 kilocalories (75 kiloJoules) aux 100 g, elle fait partie avec la tomate, la courgette et l’endive des légumes frais les moins caloriques. Elle est d’ailleurs conseillée pour les régimes basse calorie. L’aubergine est une excellente source de fibres (2,5 g/100 g) qui permette de faciliter la digestion surtout lorsqu’elle est cuite à la vapeur.

Ces fibres sont composées en grande partie de protopectines efficace pour la digestion et le transit. Lors de la cuisson, les protopectines, comme les pectines, prennent une consistance moelleuse et tendre.

La peau de l’aubergine et l’aubergine elle-même renferment des propriétés antioxydantes que l’on retrouve dans les vitamines C et E et les séléniums et les caroténoïdes qui aident à lutter contre les radicaux libres responsables du vieillissement de la peau. Il est donc préférable de conserver sa peau ou du moins de ne pas l’éplucher au complet.

Comme la courgette, l’aubergine est riche en minéraux, notamment en potassium avec 226 mg/100 g, nécessaire au maintien d’un bon fonctionnement cardio-vasculaire, et qui la rend diurétique, en zinc 0,6 mg/100 g et en magnésium 72 mg/100 g. Le manganèse et le cuivre sont également présents dans l’aubergine.
On retrouve également des vitamines du groupe B, comme les vitamines B1 qui joue un rôle important dans la transmission de l’influx nerveux et favorise la croissance normale, la vitamine B6 qui elle est présente dans l’asubergine bouillie.
Cette vitamine a une fonction non négligeable en effet, elle participe au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse des neurotransmetteurs et de la provitamine A en petite quantité et bien sûr des vitamines C et E comme déjà développé ci-dessus dans les propriétés antioxydantes.

De récentes études américaines et autrichiennes auraient mis en avant sa capacité à freiner l’augmentation du cholestérol. Certains des composants de l’aubergine ont en effet la capacité, d’entraîner ces lipides dans la circulation du sang avant que ceux-ci ne soient absorbés par l’organisme.

L’aubergine est un légume sain pour notre santé car elle diminue le risque de certaines maladies comme le cholestérol, l’hypertension, les problèmes cardio-vasculaires et aussi le cancer du côlon.
Le saviez-vous ?

Pour l’hypertension
Lavez une aubergine, puis coupez-la en rondelles. Déposez-les dans un bocal en verre, couvrez d’eau fraîche, puis réservez au réfrigérateur.
Buvez cette boisson saine et naturelle tout au long de vos journées.

Contre les verrues
Coupez le haut de l’aubergine soit la partie assez rugueuse qui la relie au plant. Frottez alors votre verrue avec ce morceau d’aubergine.
Recommencez l’opération durant quatre jours jusqu’à complète disparition.
Antioxydants. Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. L’aubergine est considérée comme ayant un potentiel antioxydant élevé et on commence à en analyser les bienfaits potentiels. Des études in vitro et chez l’animal ayant utilisé un mélange d’antioxydants de l’aubergine ont obtenu comme résultats une diminution de l’oxydation du « mauvais » cholestérol (LDL) et une diminution de la concentration des lipides sanguins. D’autres chercheurs se sont penchés plus spécifiquement sur certains antioxydants de l’aubergine, mais pour l’instant, les résultats demeurent préliminaires et ne s’appliquent pas encore à l’organisme humain.
• Acides phénoliques. Les acides phénoliques sont l’une des principales classes d’antioxydants de l’aubergine, dont le plus abondant est l’acide chlorogénique. Ce composé a démontré une forte activité antioxydante in vitro. Des chercheurs ont toutefois noté que l’acide chlorogénique des aliments pourrait être absorbé en proportion plutôt faible par l’organisme humain. On ignore donc si la quantité d’acide chlorogénique obtenue par l’aubergine peut être suffisante chez l’humain pour observer des effets antioxydants.
Anthocyanines. L’aubergine, particulièrement si sa peau est foncée, est également riche en pigments antioxydants de la catégorie des anthocyanines. Par ailleurs, des scientifiques américains ont découvert qu’un certain type d’aubergine appelée Black magic contenait presque trois fois plus d’anthocyanines que les autres variétés d’aubergine analysées. L’un des principaux pigments de la pelure d’aubergine est la nasunine14, qui a démontré in vitro une capacité de protection contre le stress oxydatif (effet antioxydant)15. D’autres chercheurs ont démontré que la nasunine diminuait in vitro la prolifération anormale de vaisseaux sanguins impliqués dans le développement de tumeurs et de maladies cardiovasculaires. Cependant, ces résultats ne peuvent pour l’instant être transposés chez l’humain.
Nutriments les plus importants
Voir la signification des symboles de classification des sources des nutriments
Manganèse. L’aubergine crue est une source de manganèse pour l’homme et la femme, tandis que l’aubergine bouillie en est une source pour la femme seulement. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.
Cuivre. L’aubergine est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.
Vitamine B1. L’aubergine bouillie est une source de vitamine B1. Appelée aussi thiamine, la vitamine B1 fait partie d’un coenzyme nécessaire à la production d’énergie principalement à partir des glucides que nous ingérons. Elle participe aussi à la transmission de l’influx nerveux et favorise une croissance normale.
Vitamine B6. L’aubergine bouillie est une source de vitamine B6. Aussi appelée pyridoxine, la vitamine B6 fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle collabore au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.